Le quatrième wagon

la suite

17-05-10

Joan Baez n'est pas une actrice de films pornographiques

 

GFranchement, j’y ai longuement réfléchi, et j’en suis arrivée  à cette conclusion. Si les hommes devaient n’avoir qu’un seul défaut, ce serait George Clooney. Dis comme ça, je vous accorde que c’est un rien sibyllin. Oui, mais vous allez voir que ça n’est pas aussi tordu qu’il n’y parait.

 

Tiens, je vous mets sur la voie, histoire de vérifier que vous êtes attentif et, surtout, que vous avez un minimum de sens commun (parce que je ne voudrais pas dire, mais parfois, vous êtes un peu limite) :

 

Prenez Julien Lepers.

 

Tout le monde s’accorde sur le fait qu’il ressemble à Michael Keaton. Mais quand l’un vole gracieusement dans les airs en costume de Batman avec tout un tas de gadgets formidables, que Michelle Pfeiffer lui colle aux fesses en faisant « miaou », et qu’un majordome raffiné l’attend une coupette de champagne à la main, dans une demeure grande comme le Mozambique, l’autre fait le guignol à « questions pour un champion » avec une cravate navrante, sur un podium de la taille d’une lentille.

Et ses gadgets à lui, ce sont des sonneries de ferries Corses et des bouts de carton.

 

Vous saisissez la nuance ?

 

Pour George Clooney, c’est pareil, en pire.

Parce qu’il y a des types qui s’imaginent qu’ils lui ressemblent. Tapez « sosie de George Clooney » dans votre moteur de recherche, pour voir. Croyez moi, vous allez bien rigoler. Un restaurateur de Bolton (Vermont) a même prétendu que sa ressemblance avec le Divin (je m’incline) avait ruiné son mariage. Il envisage à présent de conquérir Lisa Snowdon, une ex du Céleste (je me prosterne).

 

La comparaison est implacable, car ne se frotte pas à l’image d’un demi-dieu qui veut. Les demi-dieux, tout comme les princesses, ont nombre d’attributs auxquels aspirent les gueux. Cependant, il ne suffit pas d’avoir des tempes grisonnantes, un pantalon de lin crème et une tasse de café en sautoir pour s’approprier ceux du Parfait (je m’agenouille).

 

Par exemple, dire « what else ? » le plus sérieusement du monde avec un accent Berrichon peut s’avérer périlleux.

Surtout s’il est doublé d’une voix de castra.

 

Renoncez tout autant à vous comparer au Précieux (je m’étends, face contre terre) si vous mesurez 1,63 mètre, choisissez plutôt Danny DeVito.

Ou Derrick.

J’admets que ce dernier fait moins Hollywood, mais réfléchissez un peu. Si vous vivez dans un 2 pièces à Saint Julien Molin-Molette, ça sonnera plus vrai.

 

Rappelez-vous également que les demi-dieux ne produisent pas de biogaz, car ils n’ont pas de système digestif. Par conséquent, évitez la raclette et le cassoulet, concentrez-vous sur des produits nobles que l’organisme assimile sans dommages collatéraux.

Un pétale de fleur, par exemple.

Ou un pépin.

En ce qui concerne la gestuelle, évitez de vous avachir sur votre chaise comme de la pâte à pain, les jambes écartées, une chaussette à moitié descendue sur la cheville. Comme tout demi-dieu, George Clooney (je me couche) n’a pas de colonne vertébrale.

Mais vous, si.

 

Pour coller parfaitement au mythe, n’allez surtout pas vous imaginer qu’il soit follement classe, à l’instar de votre modèle, de vous balader avec animal incongru. George (je bave) a certes, par le passé, affiché son amour inconditionnel pour Max, un vieux cochon tout pourri.

Un clair de lune à proximité d’une porcherie aurait cependant ses limites.

A moins que vous n’habitiez Amsterdam.

Car dans le porc d’Amsterdam, ya des marins qui chantent.

Et ça, c’est très romantique.


PS: J'ai l'intention de revenir bientôt, et ce billet est un leurre, pour voir. Sinon, veux-tu gagner un tomahawk en caoutchouc? Suis les instructions secrètes contenues dans ce post, c'est là l'enjeu magnifique.

Pfoireux: Dis donc, t'as vu comme il est raffiné mon cochon?

 

 

Posté par Melle BillE à 10:39 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Commentaires

Poster un commentaire