Le quatrième wagon

la suite

05-10-11

La fête à NeuVeu (un jeu de mot pitoyable, certes, mais qui es-tu pour juger, étranger?)

la_f_te___NeuVeuUn jour, c’était il y a très longtemps, j'ai proposé à Neveu de l’emmener à la fête foraine. Je ne m’en souvenais pas, j’avais probablement fait cette promesse pour avoir la paix. Ou pour regarder tranquillement un reportage sur le tressage des sacs en poils de puces de l'archipel de tûhû-pûrû. Pendant qu’il jouait à Dark Vador dans sa chambre.

Évidemment, j'avais instantanément oublié cette promesse. C'était sans compter sur l'effarante opiniâtreté des enfants, qui ont une mémoire de globicéphale (s'ils étaient aussi pugnaces avec leurs conjugaisons et leurs cours de syntaxe, nous aurions moins de problèmes). Le jour où Neveu m’a téléphoné, il avait dans ses phrases hésitantes un je ne sais quoi de vaguement expectatif. Sa petite voix de flûtiau traînassait, il répondait à mes questions par monosyllabes. Et lorsque je lui ai demandé s’il avait par hasard mangé une touffe d’éponge, il a lâché le morceau : « Heu ben tu sais euh en face de chez moi euh tu sais ya la euh la fête foraine euh hé ben tu sais t’avais dit qu’euh ben tu sais ».

Qu’est-ce que je vous avais dit pour les syntaxes, hein ?  

 

Après quelques tours de passe-passe linguistiques qui n’ont absolument pas ébranlé sa détermination (parce que Neveu n’est pas la moitié d’un con), je n’ai eu d’autre choix que de le bâillonner et le jeter vivant dans un puits rempli de poix chaude l’accompagner, la mort dans l’âme.

C’est fou ce que les fêtes foraines se sont perfectionnées.

J’ignorais que les ingénieurs du CNRS, à temps perdu, construisaient des manèges d'après les plans des super-centrifugeuses. Celles qu'on utilise pour faire des expériences sur les protons. Après un tour de "méga-trooper", j’avais le cerveau en forme de quark, et je me sentais comme en mission d’exploration au fin fond d’un trou noir. On vous comprime dans un harnais de sécurité de la taille du viaduc de Millau, un bâillon phonique sur la bouche, une poubelle sur la tête, on vous met des gants en fonte et hop, on vous propulse à 1000 km/heure dans tous les sens, au son des flonflons (je comprends mieux, à présent, ce que ressent un pamplemousse quand la centrifugeuse sépare son jus de sa pulpe). Je ne serais pas étonnée que la recherche spatiale prévoie des colonies sur Mars, je sais à présent que l'entraînement occulte des spationautes a lieu dans les fêtes foraines. Les genoux pleins de mousse, je suis descendue en biais de la nacelle, et j’ai fait quelques pas maladroits en direction du vendeur de billets, avec la ferme intention de le gifler à toute volée. Las, je me suis trouvée dans l’incapacité de produire le moindre son (quoi qu’il en soit, si j’avais ouvert la bouche, j'aurais produit quelque chose de beaucoup plus concret qu'un simple son). 61579707

Neveu était tout émoustillé. Son petit visage fendu d’un sourire large comme le détroit de Gibraltar, il m’a tirée par la manche avec insistance vers le manège suivant. "The blazing rocket" est une attraction qui se pratique à deux, ça coûte un tambour. On prend place dans une bulle de plexiglas format sarcophage, re-viaduc de Millau, bâillon phonique et gants de fonte. Variante, la poubelle est remplacée par un casque à boudins qui vous aplatit le cerveau et vous compresse les tempes (comme si l’on avait placé par mégarde sa tête dans un casse-noix). Neveu avait pris les dimensions d’un petit paquet de nerfs y_a_t_il_un_pilote_dans_l_avion_julie_hagerty_lorna_patterson_leslie_nielsen_peter_gravesémerveillé quand soudain, ziiiiiiiii, nous sommes montés à 4000 mètres d’altitude en 2 dixièmes de seconde, le sarcophage a pivoté, et nous nous sommes retrouvés la tête en bas. Un bref moment a passé, au cours duquel j’ai vu défiler toute mon existence, et une force 3G nous a précipités vers le sol (et là, j’ai vu défiler un étrange kaléidoscope de lumières floues, car les lunettes sont inopérantes sous le casque de soudeur). Mon pacemaker a émis un couinement strident lorsque le sarcophage a stoppé sa chute à 3cm du bitume. Un arrêt cardiaque plus tard, je mangeai une pomme d'amour avec les oreilles, et je mettais de la bave un peu partout sur mon manteau. Neveu, lui, était en pleine forme.

                                                                                                                                                                                                                     Je lui ai alors proposé d’aller nous allonger dans un des petits wagonnets qui traversent le train fantôme, histoire de souffler un peu. Curieusement, j’ai senti une légère hésitation. Profitant de mon avantage (je sais, c’est mal, mais je ne vois pas pourquoi je me serais privée de ce modeste triomphe), je l’ai bourré dans le wagonnet et me suis assise à ses côtés. A peine avions-nous franchi, bringuebalants, les lamelles de plastique transparentes qui marquent la frontière entre le monde des vivants et celui des morts, que Neveu a enfoui sa tête au beau milieu de mes nichons et ne l’a plus jamais relevée. Ce qui signifie, entre autres, que j’ai dû me taper pendant une bonne partie du voyage le type avec la fausse tronçonneuse (enfin, j’espère qu’elle est fausse), celui qui monte au milieu du parcours à l’arrière du chariot, et qui te tripote les cheveux jusqu’à la tarentule géante en plastique avec les yeux en gel fluo.  Là, il lâche l’affaire, parce que ton corps est tout mou et que tu n’as plus aucune réaction. Sans parler des rires démoniaques, des têtes coupées qui jaillissent d’une cuve, et du vrai Frankenstein en cire qui fait le guignol dans un train fantôme depuis la guerre des Gaules, même que son bras droit pendouille de la jointure.


Neveu faisait beaucoup moins son titan.

C'est d'ailleurs fou, quand on y pense. Un gosse peut défoncer le mur du son la tête à l'envers en éclatant de rire, mais disparaît dans les limbes de la terreur devant un bout de plastique grossier qui parle et qui fait pouet (cela dit, littéralement, c'est effectivement beaucoup plus terrifiant). 

sous_le_plus_grand_chai_03_g

Je me suis alors souvenue des fêtes foraines de mon enfance. Rien n’était plus chouette que parcourir la galerie des glaces, et découvrir avec ravissement que, dans un miroir déformant, mes jambes étaient les plus petites du monde. Et que la grosse pastèque avec des yeux, c’était ma tête. Remarquez, encore maintenant, je vois ça tous les matins dans ma salle de bain, et c'est gratuit. Mais je crains qu’à cette vision paradoxalement futuriste, Neveu ne préfère le blazing rocket.

Et tout bien réfléchi, moi aussi.

 

 

 

 

 

Posté par Melle BillE à 22:18 - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Commentaires

    Moi c'est la balançoire que j'aimais, et la chenille et ses palots au goût de barbe à papa.
    J' refuse de monter dans des trucs qui font peur.

    Posté par Berthoise, 06-02-11 à 07:00
  • Moi j'aime bien les frissons, en fait. C'est mon corps qui tient moins bien la route.

    Posté par melle Bille, 06-02-11 à 18:35
  • Ah mademoiselle Bille, je vois que vous tenez une forme billesque épatante ! Ca faisait longtemps que je n'avais pas ri comme ça !!! vraiment ri ! ah ça fait du bien ! presque autant que... bref passons !

    Posté par madame de K, 07-02-11 à 18:25
  • à la 2e lecture (pour montrer ta page à monsieur de K) j'ai encore ri ! par contre lui a à peine souri... tu peux te vanter d'être à l'origine d'un futur divorce !

    Posté par madame de K, 07-02-11 à 20:54
  • Presque autant que quoi, Madame de Krakatoa? Hein? Presque autant que quoi? (l'essentiel étant qu'il apprécie les vôtres!)

    Posté par melle Bille, 07-02-11 à 21:22
  • "Neveu a enfoui sa tête au beau milieu de mes nichons et ne l’a plus jamais relevée" et après tu dis que ton neveu "disparaît dans les limbes de la terreur devant un bout de plastique grossier qui parle et qui fait pouet" J'avoue, Mlle que je ne t'imaginais pas avec ce genre de poitrine )

    Je sais c'est con, mais le rapprochement c'est fait tout seul dans ma tête.

    Posté par Alice D, 07-02-11 à 23:20
  • @Alice D. ... la poitrine qui parle et fait pouet, c'est le must !

    Posté par John Peter B., 08-02-11 à 11:52
  • Miss Alice, je ne veux même pas imaginer le chemin qui te fait passer d'un point A à un carré X en une fraction de seconde.
    Oublie le point A, JiPiBi, tu es allé directement au carré X.

    Posté par melle Bille, 08-02-11 à 12:03
  • toujours un vrai plaisir

    ce wagon !

    Posté par zelda, 08-02-11 à 13:40
  • J'ai jamais aimé les fêtes foraines Melle Bille, mais la fête foraine racontée par toi j'en voudrais tous les jours de l'année , au dessert et en entrée... wouaaa... trop bon! Je suis comme Mme Dek, y'avait longtemps que j'avais pas pleuré de rire comme ça... merci!!

    Posté par tilu, 09-02-11 à 14:12
  • Bien content

    Hé Bille !
    Chuis bien content que vous nous larguiez un petit post de temps à autre. Surtout que - vu que je suis abonné - je suis le premier prévenu...
    Continuez siouplé !
    En ce qui me concerne, vu "qu'ils" ne m'amusent plus (du tout), j'ai mis le blog en sommeil. Si - Présidentielle oblige - quelques abrutis majeurs se croyaient obligés de nourrir notre hilarité de leurs niaiseries sans cesse renouvellées, je ne dis pas que je ne m'y remettrai pas...
    Je vois bien un débat Ségo-Marine, ou Mélanchon-Besancenot ou encore Nico-Villepin. Vous préférez Joly-Hulot (attention, il se couche à 21h, prévoir ça vers 15h dans les maisons de retraite entre Derrick et les chiffres et les lettres), bon d'accord !
    Mais mon préféré serait Ségo-Mélanchon, de grands moments de Libertude-Egalitude-Fraternitude à prévoir...

    Bisbille

    Bien à vous,

    Jacques

    Posté par Jacques, 16-02-11 à 15:08
  • Elle déchire sa race, ta roquette !

    Moi aussi j'ai beaucoup ri, et mon œil droit a même pleuré (le gauche est un peu moins sensible).
    Une fois, je suis monté dans un manège qui te retourne tout pendant 1/4h (en tout cas, c'est le temps que ça m'a paru) juste après avoir mangé une glace géante de 7 livres ! Je le ferai plus, promis !

    Posté par Fred Cokenpat, 07-03-11 à 23:46
  • ça y est j'ai creusé une galerie raccourcie depuis mon terrier jusqu'ici, tu peux déserter FB, je suis feint prête !

    Posté par Miss Alice, 30-03-11 à 09:59
  • C'est étrange mon blog vient de me dire que tu as publié ce billet il y a deux mois ! Même lui, il trouve que c'est long, alors il s'invente des réécritures de billet qu'il avait un peu oublié alors il fait un peu comme ci c'était neuf mais pas trop quand même ! C'est dingue ça !

    Posté par Sandrine, 07-12-11 à 21:46
  • Et là, je réalise que tu avais effectivement publié ce billet il y a deux mois mais que mon blog ne me prévient que maintenant, il va m'entendre lui ! Ben tu peux te vanter d'être à l'origine d'une futures scène de mange informatisée )

    Posté par Sandrine, 07-12-11 à 21:48
  • De ménage !

    Posté par Sandrine, 07-12-11 à 21:48
  • Mais qu'en fait, je lavais lu y a plus de deux mois ? Je crois que j'ai trop bullé moi !

    Posté par Sandrine, 07-12-11 à 21:50
  • Remaniement ministériel oblige, miss Alice. Je fais du ménage et, de temps à autre, un gros minon fait bouloche et grippe le tambour. J'ai engrangé 2 ou 3 trucs que je vais bien finir par mettre en ligne, dès que j'en aurai le temps (d'autant qu'un tas de "formidables" se sont accumulés sous le clavier, et que j'en retrouve partout sur mon bureau. Il faut que ce désordre cesse, un peu de rigueur, capitaine tonnerre!)

    Posté par melle Bille, 08-12-11 à 08:39
  • :) Hello Miss Bille

    Je viens de te retrouver une fois de plus dans les entrelacs de la toile ! Te souviens-tu, j'avais un blog de poésie ? Et puis je t'ai retrouvé sur Face de Bouc aussi Ca fait un bal dis donc... Bises Miss fun

    Posté par Marie, 24-03-12 à 15:51
  • Melle Bille je t'aime, où que tu sois <3

    Posté par Sylvie, 23-02-17 à 10:46
  • Pareil...

    Posté par Beshmin, 11-05-17 à 11:26

Poster un commentaire